Ancien Forum de la guilde French Kiss sur le serveur Throk'Feroth

NOUVEAU FORUM SUR LE SITE : http://frenchkiss.tonwow.com/index.htm
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire de Warcraft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:29

Poutoux,

Je vous propose un petit résumé, de l'histoire du monde virtuel dans lequel nous vivont.

Bonne lecture.

Chapitre I : Mythe

Les Titans et la création de l'univers

Nul ne sait comment l'univers fut créé. Certaines théories font état d'une formidable explosion cosmique qui fit tourbillonner les mondes infinis dans l'immensité de la Ténèbre, mondes qui, bien des années plus tard, abriteraient des formes de vie d'une extraordinaire et terrifiante diversité. D'autres prétendent que l'univers fut créé dans son ensemble par une entité toute puissante. Bien que les origines de l'univers chaotique restent floues, il est certain qu'une race d'êtres dotés de grands pouvoirs surgit pour apporter stabilité et sécurité aux différents mondes et assurer la pérennité des peuples qui suivraient leurs traces.
Les Titans, des dieux colossaux à la peau de métal venus des confins du cosmos, explorèrent l'univers nouvellement créé et commencèrent à œuvrer sur les mondes qu'ils rencontraient. Ils les façonnèrent en érigeant de hautes montagnes et en creusant de profonds océans. De leur souffle, ils créèrent les cieux et les atmosphères déchaînées. Tout ceci dans le but mystérieux, mais longuement réfléchi, de créer l'ordre à partir du chaos. Ils léguèrent même certains de leurs pouvoirs à des races primitives afin qu'elles perpétuent leur ouvrage et qu'elles maintiennent l'intégrité de leurs mondes respectifs.
Guidés par un Conseil de sages appelé le Panthéon, les Titans apportèrent l'ordre à des centaines de millions de mondes éparpillés aux quatre coins de la Ténèbre de l'Au-delà au cours des premiers âges de la création. Le Panthéon, dont la mission était de sauvegarder ces mondes structurés, devait rester vigilant face à la menace des viles entités extra-dimensionnelles originaires du Néant distordu. Car cette dimension éthérée formée d'un chaos de magies, qui reliait la myriade de mondes constituant l'univers, était le foyer d'une infinité d'êtres démoniaques et maléfiques qui ne cherchaient qu'à anéantir toute forme de vie et à s'abreuver des énergies de l'univers vivant. Les Titans, à qui la notion de mal était complètement étrangère, rencontrèrent de grandes difficultés pour contenir la menace constante issue de ces démons.

La trahison de Sargeras

Avec le temps, les entités démoniaques parvinrent à passer du Néant distordu au monde des Titans et le Panthéon désigna son plus grand guerrier, Sargeras, pour servir de première ligne de défense. Sargeras, le noble géant de bronze en fusion, s'acquitta de son devoir pendant des millénaires, traquant et détruisant les démons dès qu'il les dénichait. Au cours des éternités, Sargeras rencontra deux races de démons très puissantes, chacune désirant obtenir le pouvoir suprême et la domination du monde physique.
Les érédars, une race perverse de sorciers diaboliques, se servirent de leurs pouvoirs de démonistes pour envahir et réduire en l'esclavage de nombreux mondes. Les races indigènes de ces mondes mutèrent sous l'influence maléfique des érédars et furent peu à peu transformées en démons. Même si les pouvoirs de Sargeras se révélèrent suffisants pour vaincre les érédars, il fut grandement troublé par la corruption semée par ces créatures. Incapable de comprendre une telle perversion, le grand Titan commença à sombrer dans le doute et l'incertitude. Malgré son malaise grandissant, Sargeras débarrassa l'univers des démonistes en les exilant au plus profond du Néant distordu.
Alors qu'il se débattait contre la confusion et la douleur, Sargeras fut forcé de se mesurer à un autre adversaire qui cherchait lui aussi à perturber l'ordre mis en place par les Titans : les nathrezims. Cette obscure race de démons-vampires (également connue sous le nom de Seigneurs de l'effroi) conquit de nombreux mondes occupés en prenant possession des habitants et en les convertissant au mal absolu. Ces vils comploteurs tournèrent des nations entières les unes contre les autres en répandant la haine et la méfiance. Sargeras vainquit aisément les nathrezims, mais leur malfaisance l'affecta profondément.
Le doute et le désespoir accablaient les sens de Sargeras : il perdit toute foi en sa mission et remit en cause le désir des Titans de créer un univers structuré. Il finit par penser que le concept d'ordre lui-même n'était que folie, et que le chaos et la perversion étaient les seules absolues dans cet univers sombre et mélancolique. Ses semblables tentèrent de le persuader de son erreur et de calmer sa fureur, mais il considérait les plus optimistes de leurs croyances comme les jouets de leurs propres illusions. Abandonnant définitivement leurs rangs, Sargeras partit en quête d'un endroit qui lui appartiendrait. Bien que le Panthéon fût attristé de sa démission, les Titans n'auraient jamais pu prévoir jusqu'où irait leur compagnon perdu.
Lorsque la folie de Sargeras eut consumé les derniers vestiges de son esprit, il parvint à l'idée que les Titans eux-mêmes étaient responsables de l'échec de la création. Il décida de défaire leur ouvrage dans tout l'univers et se résolut à bâtir une armée invincible qui mettrait le monde physique à feu et à sang.
L'apparence titanesque de Sargeras fut elle-même altérée par la corruption qui gangrenait son cœur autrefois noble. De ses yeux, sa chevelure et sa barbe jaillirent des flammes, et sa peau de bronze s'ouvrit, s'écorna, découvrant une fournaise de haine brûlante et infinie.
Dans sa fureur, Sargeras détruisit les prisons qui retenaient les érédars et les nathrezims et libéra ces abominables démons. Ces créatures fourbes s'inclinèrent devant la colère sans borne du Titan noir et lui offrirent de le servir de la manière la plus maléfique qui soit. Dans les rangs de la puissante armée des érédars, Sargeras choisit deux champions pour prendre le commandement de ses forces démoniaques. Kil'jaeden le Trompeur fut chargé de retrouver la trace de la race la plus noire de l'univers et de l'intégrer dans les rangs de Sargeras. Le second champion, Archimonde le Profanateur, fut chargé de conduire ces troupes afin d'anéantir tous ceux qui oseraient se dresser contre la volonté de Sargeras. Le premier acte de Kil'jaeden consista à réduire en esclavage les vampiriques Seigneurs de l'effroi. Ils servirent d'agents spéciaux à travers tout l'univers, à la recherche de races primitives que leur maître serait susceptible de corrompre et de ramener dans son giron. Le premier parmi les Seigneurs de l'effroi était Tichondrius l'Enténèbrant. Tichondrius servit parfaitement Kil'jaeden et permit de répandre la volonté farouche de Sargeras aux quatre coins du sombre univers.
Le puissant Archimonde légua également certains pouvoirs à ses propres agents. En invoquant les maléfiques Seigneurs des abîmes et leur chef barbare Mannoroth le Destructeur, Archimonde espérait mettre en place une élite de combat qui purgerait la création de toute forme de vie.
Lorsque Sargeras constata que ses troupes étaient suffisantes et prêtes à le suivre aveuglément, il déchaîna ses forces dans l'immensité de la Ténèbre. Il baptisa son armée, la Légion ardente. À ce jour, le nombre de mondes qu'ils consumèrent pendant leur guerre impie - la Croisade ardente - reste encore un mystère.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:30

Les Dieux très anciens et l'Ordonnancement d'Azeroth
Ignorant tout des desseins destructeurs de Sargeras, les Titans poursuivirent leur voyage de monde en monde, formant et agençant chaque planète à leur convenance. Ce voyage les conduisit sur un petit monde qu'on appelle depuis Azeroth. Dans ce paysage chaotique, ils rencontrèrent un grand nombre de créatures élémentaires hostiles. Ces élémentaires, qui vouaient un culte à une race d'êtres maléfiques et énigmatiques qu'ils désignaient sous le nom de « Dieux très anciens », firent le serment de repousser les Titans et de ne pas laisser la main métallique de ces envahisseurs maculer leur monde.
Le Panthéon, perturbé par le penchant de ces Dieux très anciens pour le mal, déclara la guerre aux élémentaires et à leurs sinistres maîtres. Les armées des Dieux très anciens étaient menées par les lieutenants élémentaires les plus puissants : Ragnaros le seigneur du Feu, Therazane la mère des Pierres, Al'Akir le seigneur du Vent et Neptulon le chasseur des Marées. Ces forces chaotiques affrontèrent les colossaux Titans. Mais malgré leur puissance phénoménale, les élémentaires ne purent arrêter les Titans. Les uns après les autres, les seigneurs élémentaires tombèrent et leurs armées se dispersèrent.
Le Panthéon détruisit les citadelles des Dieux très anciens et enchaîna les cinq dieux maléfiques loin sous la surface de la planète. Privés du pouvoir des Dieux très anciens qui liait leur esprit houleux au monde physique, les élémentaires furent bannis vers un plan abyssal où ils devraient lutter les uns contre les autres pour l'éternité. Débarrassée des élémentaires, la nature s'apaisa et le monde commença à s'installer dans une paisible harmonie. Les Titans virent que la menace avait été contenue et se mirent au travail.
Ils léguèrent des pouvoirs à un certain nombre de races afin de façonner le monde. Pour les aider à creuser les cavernes insondables sous la terre, les Titans créèrent des créatures de petite taille, les terrestres, à partir de pierre magique vivante. Pour les aider à drainer les océans et tirer la terre ferme des fonds marins, les Titans créèrent les gigantesques géants des mers. Pendant des siècles, les Titans façonnèrent la terre, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un seul continent parfait. Au centre de ce continent, les Titans fabriquèrent un lac d'énergies scintillantes. Ce lac, qu'ils nommèrent le Puits d'éternité, devait servir de fontaine de vie à ce monde. Le pouvoir des énergies qui en sortaient nourrissait les structures de ce monde et enracinait la vie dans son sol fertile. Avec le temps, les plantes, les arbres, les monstres et les créatures de toute sorte commencèrent à prospérer sur ce continent primordial. Alors que le crépuscule du dernier jour de leur travail naissait, les Titans nommèrent ce continent Kalimdor, ce qui signifie « Terre de l'éternelle lumière des étoiles ».




L'héritage des dragons
Satisfaits du petit monde qu'ils venaient de mettre en ordre et de leur travail accompli, les Titans se préparèrent à quitter Azeroth. Mais avant de partir, ils chargèrent les plus grandes espèces de ce monde de prendre soin de Kalimdor contre toute force qui menacerait sa parfaite tranquillité. En cet âge, il y avait de nombreuses espèces de dragons. Pourtant, cinq d'entre eux maintenaient leurs congénères sous leur domination. Ces cinq dragons furent choisis par les Titans pour garder ce monde naissant. Les membres les plus éminents du Panthéon les imprégnèrent d'une partie de leurs pouvoirs. Ces dragons majestueux devinrent connus sous le nom de Grands aspects, ou Aspects de dragon.
Aman'Thul, le patriarche du Panthéon, conféra une partie de ses pouvoirs cosmiques à Nozdormu, le dragon de bronze massif. Il le chargea de garder le temps lui-même et de maintenir l'ordre sur les chemins tortueux de la destinée. L'honorable et stoïque Nozdormu fut alors nommé l'Intemporel.
Eonar, Titan protectrice de toute forme de vie, donna une partie de son pouvoir à Alexstrasza, le léviathan femelle rouge. Dorénavant, Alexstrasza serait connue sous le nom de Lieuse de vie et veillerait à la sauvegarde de toute créature vivante peuplant ce monde. En raison de sa grande sagesse et de sa compassion sans limite pour tous les êtres vivants, Alexstrasza fut couronnée reine des dragons et prit la tête de ses congénères.
Eonar accorda également à la petite sœur d'Alexstrasza, Ysera le dragon vert, une partie de l'ascendance sur la nature. Ysera tomba dans une transe éternelle, liée au Rêve éveillé de la création. Connue sous le nom de la Rêveuse, elle surveillerait la nature sauvage fleurissante de ce monde depuis son royaume verdoyant, le Rêve d'émeraude.
Norgannon, le Titan gardien du savoir et maître des magies, octroya à Malygos le dragon bleu une partie de ses vastes pouvoirs. Malygos fut alors appelé le Tisseur de sorts, intendant de la magie et du secret des arcanes.
Khaz'goroth, le Titan architecte et forgeron des mondes, accorda une partie de ses pouvoirs colossaux à Neltharion, le puissant ver noir. Neltharion, dragon au grand cœur, connu par la suite sous le nom de Gardien de la terre, hérita du trône de la terre et de ses profondeurs. Il incarnerait la force du monde et serait le bras droit d'Alexstrasza.
Dotés de tels pouvoirs, les cinq Aspects furent chargés de défendre le monde en l'absence des Titans. Certains que les dragons seraient capables de garder leur création intacte, les Titans laissèrent Azeroth derrière eux pour toujours. Malheureusement, ce n'était qu'une question de temps avant que Sargeras n'apprenne l'existence de ce nouveau monde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:31

Le monde naissant et le Puits d'éternité

Dix mille ans avant la Première guerre entre orcs et humains, le monde d'Azeroth n'abritait qu'un seul énorme continent entouré par la mer. Cette terre, appelée Kalimdor, était la demeure de nombreuses créatures disparates, toutes en quête de survie au milieu de la sauvagerie de ce monde nouveau. Au centre du continent se trouvait un mystérieux lac d'énergies incandescentes. Ce lac, appelé plus tard le Puits d'éternité, était le cœur de la magie du monde et du pouvoir de la nature. Tirant ses énergies de l'infinie Ténèbre de l'Au-delà, le Puits jouait le rôle de source mystique, diffusant ses puissantes énergies à travers le monde afin d'alimenter la vie sous toutes ses merveilleuses formes.
Une tribu primitive d'humanoïdes nocturnes parvint petit à petit à s'installer aux abords du lac enchanté aux pouvoirs hypnotiques. Ces humanoïdes, sauvages et nomades, attirés par les étranges énergies émanant du Puits, construisirent des abris rudimentaires sur son paisible rivage. Au fil du temps, la puissance cosmique du Puits affecta la tribu, les rendant plus forts, plus sages et virtuellement immortels. La tribu adopta le nom de Kaldorei, ce qui signifiait « les enfants des étoiles » dans leur langue natale. Pour célébrer cette nouvelle société, ils bâtirent de grandes structures et des temples magnifiques tout autour du lac.
Les Kaldorei, ou elfes de la nuit comme on les nomma plus tard, vouaient un culte à Elune, la déesse de la lune, et croyaient qu'elle dormait pendant la journée au sein des profondeurs scintillantes du Puits. Les premiers prêtres et prophètes elfes de la nuit étudièrent le Puits avec une curiosité insatiable pour sonder ses secrets et ses pouvoirs inestimables. Alors que leur société prospérait, les elfes de la nuit partirent explorer Kalimdor de long en large afin de rencontrer ses autres habitants. Les seules créatures qui retinrent leur attention furent les puissants anciens dragons. Ces grandes bêtes reptiliennes vivaient souvent recluses, mais elles œuvraient pour protéger leurs terres des dangers qui pourraient les menacer. Les elfes de la nuit comprirent que les dragons tenaient le rôle de protecteurs de ce monde et qu'il valait mieux les laisser en paix avec leurs secrets.
La curiosité des elfes de la nuit les mena à rencontrer et créer des liens amicaux avec un certain nombre d'entités puissantes dont Cénarius, le remarquable demi-dieu des forêts primordiales, n'était pas le moindre. Cénarius, personnage au grand cœur, s'éprit de ces créatures curieuses et passa une bonne part de son temps à leur enseigner ce qu'il savait sur la nature. Les paisibles Kaldorei développèrent une forte empathie avec les forêts de Kalimdor et se développèrent dans l'équilibre harmonieux de la nature.
Alors que les siècles passaient, la civilisation des elfes de la nuit s'étendit à la fois territorialement et culturellement. Leurs temples, leurs routes et leurs foyers s'étendaient sur tout le sombre continent. Azshara, la reine des elfes de la nuit, belle et intelligente, bâtit un immense et merveilleux palais près du rivage du Puits pour abriter ses serviteurs favoris dans des demeures luxueuses. Ses serviteurs, qu'elle appelait Quel'dorei ou « bien-nés », applaudissaient à chacun de ses ordres et se considéraient supérieurs au reste de leurs congénères. Même si la reine Azshara était aimée par tous ses sujets de façon égale, les bien-nés étaient secrètement jalousés et pris en grippe par le reste des elfes de la nuit.
Partageant la curiosité des prêtres envers le Puits d'éternité, Azshara ordonna aux bien-nés de sonder ses secrets et de révéler son influence véritable sur le monde. Les bien-nés se mirent au travail et étudièrent le Puits sans relâche. Ils finirent par développer leur capacité à manipuler et à maîtriser les énergies cosmiques provenant du Puits. Alors que leur expérience progressait, les bien-nés découvrirent qu'ils pouvaient utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour la création comme pour la destruction. Ils avaient découvert une magie primitive et s'étaient désormais résolus à se dévouer à sa maîtrise. Même s'ils savaient que, maniée de façon irresponsable, la magie était de nature dangereuse, Azshara et ses bien-nés commencèrent à s'y adonner avec imprudence. Cénarius et de nombreux et sages érudits elfes de la nuit prévinrent que jouer avec les arts magiques, manifestement instables, ne pouvait que provoquer le malheur autour d'eux. Malgré cela, Azshara et ses partisans s'entêtèrent à accroître leurs nouveaux pouvoirs.
Au bout de quelque temps, un changement radical survint en Azshara qui affecta également les bien-nés. La caste supérieure, hautaine et distante devint de plus en plus insensible et cruelle envers ses frères elfes de la nuit. Azshara, qui autrefois attirait par sa beauté enchanteresse, était devenue inquiétante, un voile d'ombre s'était posé sur elle et son charme avait disparu. Elle commença à rester à l'écart de ses sujets bien aimés et refusait tout contact, excepté avec ses prêtres bien-nés en qui elle avait encore confiance.
Un jeune érudit du nom de Malfurion Hurlorage, qui avait passé le plus clair de son temps à étudier les arts primitifs du druidisme, commença à suspecter qu'un terrible pouvoir était en train de corrompre les bien-nés et sa reine adorée. Même s'il ne pouvait imaginer le mal qui devait survenir, il sut que la vie des elfes de la nuit allait bientôt subir des changements profonds…


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:31

La guerre des Anciens
10.000 ans avant Warcraft I
L'utilisation imprudente de la magie par les bien-nés provoqua l'émission d'ondes d'énergies issues du Puits d'éternité qui se répandirent à travers la Ténèbre de l'Au-delà. Ces ondes furent perçues par des terribles êtres de l'ailleurs. Sargeras, le Grand ennemi de toute vie, le Destructeur de mondes, fut l'un d'entre eux, et il chercha à déterminer le point d'origine de ces ondes. Il se mit à observer le monde primordial d'Azeroth, et ressentit l'énergie illimitée du Puits d'éternité. Dès lors, une faim insatiable se mit à le ronger. Le grand dieu noir du Vide sans nom décida de détruire ce monde fragile et de s'approprier ses énergies.
Sargeras, rassembla sa vaste Légion ardente et se fraya un chemin vers le monde insouciant d'Azeroth. Cette Légion était composée d'un million de démons hurlants, arrachés aux quatre coins de l'univers, tous avides de conquête. Les lieutenants de Sargeras, Archimonde le Profanateur et Mannoroth le Destructeur, préparèrent également leurs séides infernaux pour l'assaut.
La reine Azshara, enivrée par la terrible extase de sa magie, fut terrassée par la puissance de Sargeras et accepta de le laisser accéder à son monde. Même ses serviteurs bien-nés s'abandonnèrent à la corruption inévitable de la magie et se mirent à vénérer Sargeras comme leur dieu. Afin de prouver leur allégeance à la Légion, les bien-nés aidèrent leur reine à ouvrir un gigantesque portail tourbillonnant au plus profond du Puits d'éternité.
Une fois les préparatifs terminés, Sargeras entama son invasion d'Azeroth. Les démons guerriers de la Légion ardente fondirent sur le monde à travers le Puits d'éternité et assiégèrent les cités endormies des elfes de la nuit. Menée par Archimonde et Mannoroth, la Légion dévasta la terre de Kalimdor, ne laissant que cendres et malheur derrière elle. Les démoniaques démonistes invoquèrent des Infernaux qui s'écrasèrent comme des météores enflammés sur les gracieuses tours des temples. Un groupe sanguinaire de démons appelés Gardes funestes se mit à sillonner la campagne, tuant tout sur son passage. Des meutes de gangrechiens s'approprièrent les plaines. En dépit de la courageuse résistance des guerriers Kaldorei, rien ne semblait en mesure de freiner l'avancée cauchemardesque de la Légion.
Il incomba à Malfurion Hurlorage de trouver de l'aide pour son peuple désespéré. Hurlorage, dont le frère Illidan pratiquait la magie des bien-nés, avait été affecté par la corruption grandissante des classes supérieures. Après être parvenu à convaincre Illidan d'oublier sa dangereuse obsession, Malfurion décida de partir à la recherche du demi-dieu Cénarius et constitua un groupe de résistance. La superbe prêtresse Tyrande se joignit aux deux frères au nom d'Elune. Bien que Malfurion et Illidan aient tout deux été amoureux de la jeune prêtresse idéaliste, le cœur de cette dernière ne battait que pour Malfurion. Cette situation, bien que pénible pour Illidan, n'était rien en comparaison de la souffrance infligée par sa dépendance à la magie.
Illidan, dévoré par sa dépendance aux énergies magiques, devait lutter en permanence pour contrôler son irrépressible envie de se laisser enivrer une fois de plus par les énergies du Puits. Mais, grâce au soutien de Tyrande, il parvint à résister et aida son frère à trouver le demi-dieu reclus, Cénarius. Cénarius, qui vivait dans les clairières reculées du Mont Hyjal, accepta d'aider les elfes de la nuit en faisant appel aux anciens dragons. Les dragons, menés par le grand léviathan rouge Alexstrasza, consentirent à leur tour à partir à l'assaut des démons et de leurs maîtres infernaux.
Cénarius, en faisant appel aux esprits des forêts enchantées, rallia une armée d'anciens hommes-arbres et l'envoya à l'assaut de la Légion. Alors que les alliés des elfes de la nuit convergeaient vers le temple d'Azshara et le Puits d'éternité, l'affrontement tourna au massacre. En dépit de la puissance de leurs nouveaux alliés, Malfurion et les siens réalisèrent qu'il serait impossible de vaincre la Légion par la force.
Une terrible bataille fit rage entre les forces de la reine Azshara et celles de Malfurion Hurlorage autour de la capitale d'Azshara, la reine attendant impatiemment l'arrivée de Sargeras. Pendant ce temps, le seigneur de la Légion se préparait à franchir le Puits d'éternité et à pénétrer dans le monde ravagé. Son ombre grandissant démesurément à la surface du Puits, Azshara décida de rassembler ses plus puissants bien-nés. En combinant leurs magies, ils parvinrent à ouvrir un passage assez grand pour laisser passer Sargeras. Sur les champs de bataille de Kalimdor, un évènement tragique se produisit. Les détails en ont été perdus au fil des siècles, mais on sait que Neltharion, l'Aspect de dragon de la Terre, perdit la raison au cours d'un combat critique contre la Légion ardente. Sa rage se mit à le dévorer de l'intérieur et sa peau s'assombrit. Après avoir changé son nom en « Aile-de-mort », il se retourna contre ses frères dragons et les chassa du champ de bataille.
Les conséquences de la trahison subite d'Aile de mort furent dévastatrices. Les cinq dragons ne s'en remirent jamais complètement. Blessée et choquée, Alexstrasza et les autres nobles dragons durent abandonner leurs alliés mortels. Malfurion et les siens, totalement submergés, parvinrent de justesse à échapper au carnage qui s'ensuivit.
Malfurion insista pour que le Puits d'éternité soit détruit, convaincu que ce dernier était le cordon ombilical reliant les démons au monde physique. Ses compagnons, conscients que ce puits était la source de leur immortalité et de leur pouvoir, hésitèrent à avoir recours à une méthode aussi radicale. Pourtant Tyrande estima que la théorie de Malfurion était la plus sage, et parvint à convaincre Cénarius et leurs compagnons de détruire le temple d'Azshara et de combler définitivement le Puits.




La Fracture du monde
Conscient que la destruction du Puits l'empêcherait à jamais de pouvoir exercer de nouveau la magie, Illidan abandonna le groupe dans un élan d'égoïsme et se mit en route pour mettre en garde les bien-nés contre les plans de Malfurion. En raison de la folie provoquée par sa dépendance et le ressentiment amer né de la liaison de son frère avec Tyrande, Illidan ne ressentit aucun remord à trahir Malfurion et à se ranger aux côtés d'Azshara et des gens de son espèce. Illidan s'était juré de sauvegarder par tous les moyens les pouvoirs du Puits.
Déchiré par le départ de son frère, Malfurion mena ses compagnons jusqu'au cœur du temple d'Azshara. Au moment où ils prirent d'assaut la salle d'audience principale, ils surprirent les bien-nés en plein au milieu de leur ultime incantation noire. Le sort commun avait créé un vortex instable de puissance au sein des profondeurs tumultueuses du Puits. Alors que l'ombre menaçante de Sargeras s'approchait de plus en plus de la surface, Malfurion et ses alliés se précipitèrent sur eux.
Azshara, qui avait reçu la mise en garde d'Illidan, était plus que prête à les recevoir. La quasi-totalité des alliés de Malfurion tomba face aux pouvoirs de la reine prise de folie. Tyrande, qui tenta d'attaquer Azshara par-derrière, fut attaquée par surprise par les gardes bien-nés de la reine. Bien qu'elle ait réussi à vaincre les gardes, Tyrande fut grièvement blessée à la main. Lorsque Malfurion vit sa bien aimée tomber, il entra dans une rage meurtrière et jura de prendre la vie d'Azshara.
Pendant que la bataille faisait rage aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du temple, Illidan sortit de l'ombre près des abords du grand Puits. Utilisant des fioles qu'il avait fabriquées tout spécialement, Illidan s'agenouilla et les remplit des eaux scintillantes du Puits. Convaincu que les démons viendraient anéantir la civilisation des elfes de la nuit, il projetait de subtiliser les eaux sacrées et de garder jalousement leurs énergies à son propre usage.
La bataille qui s'ensuivit entre Malfurion et Azshara bouleversa l'équilibre de la magie des bien-nés. Le tourbillon instable du Puits explosa et provoqua une réaction en chaîne aux conséquences catastrophiques. Le temple s'écroula et la terre fut ébranlée par de terribles séismes. Tandis que la bataille entre la Légion et les alliés des elfes de la nuit faisait rage autour et au-dessus de la capitale en ruine, le Puits d'éternité s'effondra sur lui-même.
L'explosion catastrophique qui en résultat fracassa la terre et assombrit le ciel.
Tandis que les contrecoups de la destruction du Puits faisaient trembler le monde, la mer s'empressa de remplir le gouffre laissé par l'immense blessure infligée à la terre. Près de quatre-vingt pour cent de la surface de Kalimdor fut anéantie et seuls subsistèrent quelques continents séparés par la nouvelle mer grondante. Au centre de la nouvelle mer, là où se trouvait autrefois le Puits d'éternité, éclata une furieuse tempête d'énergies chaotiques. Cette effroyable cicatrice, appelée le Maelström, n'arrêterait plus jamais de tourbillonner, éternel souvenir de la terrible catastrophe... et d'une ère utopique à jamais disparue.
Mais contre toute attente, la reine Azshara et ses élites bien-nées parvinrent à survivre à cette terrible épreuve. Torturés et déformés par les puissances qu'ils avaient déchaînées, Azshara et ses suivants furent attirés sous la surface des eaux troublées par l'implosion du Puits. Maudits et transformés, ils prirent une nouvelle forme et devinrent les nagas, reptiliens emplis de haine. Azshara elle-même, gorgée de haine et de fureur, devint un colosse monstrueux reflétant la cruauté et le mal qui s'étaient dissimulés au plus profond de son âme.
C'est là, au fond du Maelström, les nagas bâtirent une nouvelle cité, Nazjatar, à l'abri de laquelle ils reconstruisirent tous leurs pouvoirs. Les nagas ne devaient révéler leur existence à la surface de ce monde que dix mille ans plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:32

L'exil des hauts-elfes
7.300 ans avant Warcraft I
Les siècles s'écoulèrent et la nouvelle société des elfes de la nuit se renforça et s'étendit à travers les forêts bourgeonnantes qu'ils finirent par appeler Orneval. Un grand nombre de créatures et d'espèces qui abondaient avant la Grande fracture, comme les furbolgs et les hurans, réapparurent et prospérèrent dans cette région. Sous le commandement des druides bienveillants, les elfes de la nuit jouirent sous les étoiles d'une ère de paix et de tranquillité comme ils n'en avaient jamais vécue.
Malgré cela, une majorité des survivants bien-nés originels devinrent difficiles à contrôler. À l'instar d'Illidan, ils furent victimes du sevrage dû à la perte des pouvoirs magiques qu'ils avaient tant convoités. Ils furent tentés d'utiliser les eaux du Puits d'éternité pour de nouveau jouir de leur magie. Dath'Remar l'effronté, le prince des bien-nés qui n'avait pas l'habitude de mâcher ses mots, commença à ridiculiser publiquement les druides en les traitant de lâches car ils refusaient de se servir de la magie qui, disait-il, était dans leur nature. Malfurion et les druides rejetèrent les arguments de Dath'Remar et prévinrent les bien-nés que toute utilisation de la magie serait punie de mort. Dans une tentative insolente et vouée à l'échec de convaincre les druides d'abroger leur loi, Dath'Remar et ses suivants déchaînèrent un effroyable orage magique sur Orneval.
Les druides ne pouvaient se permettre de risquer la vie de tant de leurs congénères et décidèrent de bannir ces bien-nés irresponsables. Dath'Remar et ses partisans, heureux d'être enfin débarrassés de leurs cousins par trop conservateurs, embarquèrent sur des bateaux créés pour l'occasion et prirent la mer. Bien qu'aucun d'entre eux ne savait ce qui les attendait au-delà des eaux du Maelström en furie, ils étaient impatients de fonder leur propre patrie et d'être libres d'y exercer leurs pouvoirs si convoités en toute impunité. Les bien-nés, ou Quel'dorei comme Azshara les avait nommés il y a des siècles, finirent par jeter l'ancre sur les terres de l'Est, que les hommes connaîtraient plus tard sous le nom de Lordaeron. Ils projetèrent de bâtir leur propre royaume magique, Quel'Thalas, et de rejeter les préceptes des elfes de la nuit, leur adoration de la lune et des activités nocturnes. Désormais, ils adoreraient le soleil et ne seraient plus connus que sous le nom de hauts-elfes.




Les Sentinelles et la Longue veille
Avec le départ de leurs cousins indisciplinés, les elfes de la nuit purent porter toute leur attention vers la sauvegarde de leur patrie enchantée. Les druides, sentant que l'heure de leur hibernation allait sonner, se préparèrent à quitter leur famille et leurs bien-aimés. Tyrande, qui était devenue grande prêtresse d'Elune, pria son amour, Malfurion, de ne pas la quitter pour entrer dans le Rêve d'émeraude d'Ysera. Mais Malfurion, qui avait promis sur l'honneur de fouler les changeants Chemins du rêve, fit ses adieux à la prêtresse et jura que tant qu'ils resteraient fidèles à leur amour, ils ne seraient jamais séparés.
Désormais seule pour défendre Kalimdor contre les dangers du nouveau monde, Tyrande forma une redoutable force de frappe parmi ses sœurs elfes de la nuit. Ces femmes, des guerrières intrépides se consacrant à la défense de Kalimdor, finirent par être connues sous le nom de « Sentinelles ». Même si elles préféraient souvent patrouiller seules les forêts ombragées d'Orneval, elles avaient un certain nombre d'alliées qu'elles pouvaient appeler en cas d'urgence.
Cénarius le demi-dieu demeurait proche, dans les clairières du mont Hyjal, sous la clarté de la lune. Ses fils, qu'on appelait les « Gardiens du bosquet » gardaient un œil vigilant sur les elfes de la nuit et aidaient régulièrement les Sentinelles à maintenir la paix sur leurs terres. Même les filles pourtant craintives de Cénarius, les dryades, sortaient de plus en plus souvent au grand jour.
Maintenir l'ordre en Orneval était une tâche très prenante pour Tyrande, mais sans Malfurion à ses côtés, elle ne souriait pas souvent. Au fur et à mesure que les siècles passaient et que les druides étaient plongés dans leur sommeil, ses craintes d'une seconde invasion des démons grandissaient. Elle ne pouvait oublier le sentiment perturbant que la Légion ardente devait toujours êtres là-bas, au-delà de la Ténèbre céleste, fomentant sa revanche sur les elfes de la nuit et le monde d'Azeroth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:33

Chapitre II : Un monde nouveau

La fondation de Quel'Thalas
6 800 ans avant Warcraft I
Les hauts-elfes, menés par Dath'Remar, laissèrent Kalimdor derrière eux et défièrent les tempêtes du Maelström. Leurs flottes parcoururent les décombres du monde pendant de longues années, et ils explorèrent de nombreux royaumes perdus lors leur traversée. Dath'Remar, qui avait choisi de changer son nom en Haut-soleil (contraction de « celui qui marche sous le soleil »), recherchait des endroits d'où émanait une puissance considérable afin d'y bâtir un nouveau royaume pour son peuple.
Sa flotte débarqua sur les plages du royaume que, bien plus tard, les hommes appelleraient « Lordaeron ». S'enfonçant dans les terres, les hauts-elfes fondèrent une colonie dans les paisibles clairières de Tirisfal. Après quelques années, plusieurs d'entre eux furent pris de folie. Certains affirmèrent que quelque chose de malsain reposait sous cette partie précise du monde, mais les rumeurs ne furent jamais confirmées. Les hauts-elfes plièrent bagage et se déplacèrent en direction du nord vers des contrées riches en énergies mystiques.
Plus ils traversaient les terres accidentées et montagneuses de Lordaeron, plus leur voyage devint périlleux. Comme ils étaient effectivement coupés des énergies vivifiantes du Puits d'éternité, beaucoup d'entre eux tombèrent malades en raison du climat glacial ou moururent de faim. Mais le changement le plus déconcertant était le fait qu'ils n'étaient plus ni immortels, ni immunisés contre les éléments. Ils rapetissèrent quelque peu et leur peau perdit la teinte violette qui les caractérisait. Malgré ces épreuves, ils rencontrèrent un grand nombre de créatures merveilleuses qu'ils n'avaient jamais aperçues en Kalimdor. Ils découvrirent aussi des tribus d'humains primitifs dont le territoire de chasse s'étendait dans les anciennes forêts. Mais ils rencontrèrent aussi de grandes menaces, dont celle des trolls des forêts de Zul'Aman, des êtres avides et fourbes. Ces trolls à la peau moussue étaient une race barbare et malfaisante capable de régénérer leurs membres sectionnés et soigner de graves blessures physiques. L'empire Amani s'étendait sur la plupart des terres du nord de Lordaeron et les trolls bataillaient dur pour expulser les étrangers indésirables hors de leurs frontières. Les elfes développèrent une profonde aversion pour ces trolls vicieux et les tuaient dès qu'ils en avaient l'occasion.
Après de longues années, les hauts-elfes parvinrent enfin à trouver une terre leur rappelant Kalimdor... Au cœur des forêts du nord du continent, ils fondèrent le royaume de Quel'Thalas et s'attelèrent à la création d'un empire encore plus puissant et grandiose que celui de leurs cousins Kaldorei. Malheureusement, ils découvrirent rapidement Quel'Thalas avait été bâtie sur une ancienne cité considérée comme un lieu sacré par les trolls. Ces derniers se ruèrent aussitôt à l'assaut des constructions des Elfes.
Les elfes obstinés refusèrent d'abandonner leurs terres et ils décidèrent d'utiliser la magie qu'ils avaient puisée dans le Puits d'éternité pour repousser les trolls. Certains elfes, se souvenant des anciens avertissements des Kaldorei, se mirent à craindre que cette utilisation de magie n'attire l'attention de la Légion ardente. Ils décidèrent donc de dresser une barrière autour de leurs terres, afin de pouvoir continuer à utiliser des enchantements. Des Pierres runiques monolithiques furent dressées en différents points autour de Quel'Thalas, afin de marquer les limites de cette barrière magique. Les Pierres runiques ne se contentaient pas de masquer la magie elfe aux yeux de la menace extra-dimensionnelle, elles servaient également à effrayer les tribus guerrières trolles.
Au fil du temps, Quel'Thalas devint un monument à la persévérance des hauts-elfes et à leurs prouesses magiques. Ses palais somptueux furent érigés en utilisant le même style architectural que ceux des anciens bâtiments de Kalimdor, tout en étant entrelacés avec la topographie naturelle du terrain. Quel'Thalas était devenue le joyau étincelant que les elfes avaient si longtemps cherché à créer. Le Concile de Lune-d'argent fut désigné comme instance dirigeante de Quel'Thalas, même si la dynastie Haut-soleil parvint à conserver un semblant de pouvoir politique. Constituée par sept des plus éminents seigneurs hauts-elfes, le Concile œuvra afin d'assurer la sécurité des elfes et de leurs terres. Protégés par leur barrière, les hauts-elfes oublièrent les avertissements des Kaldorei et se mirent à utiliser la magie de plus en plus communément, dans tous les aspects de leur existence. Pendant environ quatre mille ans, les hauts-elfes vécurent en paix dans l'enceinte protégée de leur royaume. Néanmoins, les vindicatifs trolls ne s'avouèrent pas si facilement vaincus. Ils complotèrent et manigancèrent dans les profondeurs de leurs forêts et attendirent le moment où la taille de leurs armées serait suffisante. Une puissante armée trolle finit par sortir des forêts ombragées et par assiéger une nouvelle fois les cimes rayonnantes de Quel'Thalas.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:34

Forgefer – L'éveil des nains
2.500 ans avant Warcraft I
Dans les temps anciens, après que les Titans eussent quitté Azeroth, leurs enfants, connus sous le nom de terrestres, continuèrent de modeler et de protéger les profondeurs du monde. Les terrestres n'avaient que faire des problèmes des races de la surface, n'aspirant qu'à sonder les obscures profondeurs de la terre.
Lorsque le monde fut bouleversé par l'implosion du Puits d'éternité, les terrestres en furent profondément affectés. Submergés par la douleur de la terre, ils perdirent en grande partie leur identité et s'isolèrent dans les chambres de pierre où ils étaient nés. Uldaman, Uldum, Ulduar... tels étaient les noms des anciennes cités de Titans où les terrestres avaient été modelés. Oubliés dans les ténèbres, les terrestres reposèrent en paix pendant près de huit mille ans...
Bien que l'on ne connaisse pas la cause de leur réveil, les terrestres d'Uldaman émergèrent du sommeil qu'ils s'étaient imposés. Ils découvrirent alors qu'ils avaient considérablement changé au cours de leur hibernation. Leurs carapaces de pierre s'étaient transformées en peau lisse, et leurs pouvoirs sur la pierre et la terre s'étaient estompés. Ils étaient devenus des créatures mortelles.
Après avoir pris le nom de « nains », les derniers des terrestres quittèrent les vastes souterraines d'Uldaman et s'aventurèrent de par le monde. Toujours fascinés par la sûreté et les merveilles des profondeurs, ils fondèrent un vaste royaume sous la plus haute des montagnes. Ils nommèrent ce lieu Khaz Modan, ou « Montagne de Khaz », en l'honneur du Titan modeleur, Khaz'goroth. Ils y bâtirent un autel pour leur père Titan, ainsi qu'une immense forge au cœur de la montagne. C'est ainsi que la cité qui se développa progressivement autour de cette forge prit bientôt pour tous le nom commun de Forgefer.
Les nains, de nature passionnés par la taille des gemmes et des pierres, se mirent à exploiter les ressources des montagnes environnantes, à la recherche de minerais précieux. Satisfaits par leur existence souterraine, les nains ne ressentaient aucun besoin de se mêler de ce qui se déroulait à la surface...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:34

La guerre des Trois marteaux
230 ans avant Warcraft I
Les nains de Forgefer vécurent en paix pendant de longs siècles. Pourtant, leur société prit trop d'importance pour rester dans les limites de leur cité-montagne. Et bien que Modimus Anvilmar, le haut-roi, gouvernât tous les nains avec justice et sagesse, trois factions puissantes avaient émergé de la société naine.
Le clan Barbe-de-bronze, dirigé par le thane Madoran Barbe-de-bronze, maintenait d'étroites relations avec le haut-roi et était le défenseur attitré de la montagne de Forgefer. Le clan Marteau-hardi, dirigé par le thane Khardros Marteau-hardi, s'était installé tout autour du pied de la montagne sur les contreforts et dans les combes, et avait pour projet de s'approprier davantage de pouvoirs sur la cité. La troisième faction, le clan des Sombrefer, était dirigée par le thane-sorcier Thaurissan. Les Sombrefer se cachaient parmi les ombres au plus profond de la montagne et complotaient contre leurs cousins Barbe-de-bronze et Marteau-hardi.
Pendant un certain temps, les trois factions maintinrent une paix fragile, mais les tensions éclatèrent lorsque le haut-roi Anvilmar mourut de vieillesse. Les trois clans dominants s'affrontèrent pour la domination de Forgefer. La guerre civile naine fit rage sous la terre pendant des années. Les Barbe-de-bronze, qui disposaient d'une armée permanente plus importante, finirent par bannir les Sombrefer et les Marteaux-hardis de sous la montagne.
Khardros et ses guerriers Marteaux-hardis émigrèrent vers le nord en passant par les portes de Dun Algaz et fondèrent leur propre royaume au cœur du lointain pic de Grim Batol. Là, les Marteaux-hardis prospérèrent et redécouvrirent de nombreux trésors. Thaurissan et ses Sombrefer ne s'en sortirent pas si bien. Humiliés et furieux de leur défaite, ils jurèrent vengeance contre Forgefer. Menant son peuple loin au sud, Thaurissan fonda une cité (qu'il baptisa de son nom) dans les magnifiques Carmines. La prospérité et le passage du temps n'affaiblirent que peu la rancœur des Sombrefer envers leurs cousins. Thaurissan et sa femme, Modgud la sorcière, lancèrent un assaut bicéphale contre Forgefer et Grim Batol. Les Sombrefer avaient l'intention de réclamer la gouvernance de Khaz Modan en sa totalité.
Les armées Sombrefer se jetèrent contre les forteresses respectives de leurs cousins et faillirent s'emparer des deux royaumes. Pourtant, Madoran Barbe-de-bronze finit par mener son clan à une victoire décisive contre l'armée de sorciers de Thaurissan. Ce dernier prit la fuite avec ses servants et retourna en sécurité dans sa cité, ignorant ce qui se passait à Grim Batol, où l'armée de Modgud ne faisait pas mieux contre Khardros et ses guerriers Marteaux-hardis.
Pendant la bataille, Modgud se servit de ses pouvoirs pour instiller la peur dans le cœur des guerriers ennemis. Des ombres se rangèrent sous ses ordres et des forces obscures jaillirent des profondeurs de la terre pour traquer les Marteaux-hardis dans leur propre enceinte. Modgud finit par réussir à enfoncer les portes de la forteresse et à l'assiéger. Tandis que les Marteaux-hardis se défendaient avec l'énergie du désespoir, Khardros lui-même se faufila entre les troupes déchaînées et tua la reine-sorcière. Sans leur reine, les Sombrefer fuirent devant la furie des Marteaux-hardis. Ils rejoignirent en vitesse le sud et la forteresse de leur roi pour y trouver les armées de Forgefer qui étaient venues soutenir celles de Grim Batol. Pris en étau entre deux armées, les forces Sombrefer restantes furent totalement anéanties.
Les forces alliées de Forgefer et de Grim Batol se tournèrent alors vers le sud avec l'intention de se débarrasser une fois pour toutes de Thaurissan et de ses Sombrefer. Ils n'avaient parcouru qu'une courte distance que la fureur de Thaurissan se mua en sort prenant des proportions cataclysmiques. Cherchant à invoquer une créature surnaturelle qui lui assurerait la victoire, Thaurissan décida de faire appel aux anciennes puissances qui sommeillaient dans les entrailles de la terre. À son grand étonnement la créature qui émergea, et qui devait sceller son sort, était plus terrible que dans le plus horrible des cauchemars qu'il aurait pu faire.
Ragnaros, l'immortel seigneur du Feu et de tous les élémentaires de feu, avait été banni par les Titans lorsque le monde était encore tout jeune. Mais là, libéré de ses chaînes par l'appel de Thaurissan, Ragnaros fit de nouveau éruption dans le monde. La renaissance apocalyptique de Ragnaros en Azeroth fit voler en éclat les Carmines et érigea un volcan en fusion au centre de la dévastation. Ce volcan, que l'on connaît sous le patronyme de Pic Rochenoire (le « pic du Rocher noir » en raison de sa couleur), avait surgi entre la gorge des Vents brûlants au nord et les Steppes ardentes au sud. Même si Thaurissan avait été tué par les forces qu'il avait déchaînées, ses compagnons qui avaient survécu finirent comme esclaves de Ragnaros et ses élémentaires. Ils demeurent encore aujourd'hui à l'intérieur du Pic.
Témoins de l'atroce destruction et des flammes se répandant dans les montagnes du sud, le roi Madoran et le roi Khardros interrompirent l'avancée de leurs armées et tournèrent rapidement les talons vers leur royaume, réticents à l'idée de faire face au terrifiant courroux de Ragnaros.
Les Barbe-de-bronze retournèrent à Forgefer et reconstruisirent leur glorieuse cité. Les Marteaux-hardis firent de même à Grim Batol. Pourtant, la mort de Modgud avait laissé une empreinte maléfique dans la forteresse creusée à même la montagne et les Marteaux-hardis la déclarèrent inhabitable. Leur cœur était amer de la perte de leur foyer bien-aimé. Le roi Barbe-de-bronze offrit aux Marteaux-hardis un endroit où vivre dans l'enceinte de Forgefer, mais les Marteaux-hardis refusèrent en bloc. Khardros mena son peuple au nord vers les terres de Lordaeron. S'installant dans les forêts des Hinterlands, les Marteaux-hardis sculptèrent la cité de Nid-de-l'Aigle, où ils se rapprochèrent de la nature et se lièrent même aux majestueux gryphons de la région.
Cherchant à maintenir les relations amicales et commerciales avec leurs cousins, les nains de Forgefer bâtirent deux immenses arches, le Viaduc de Thandol, pour relier Khaz Modan et Lordaeron. Soutenus par le commerce mutuel, les deux royaumes prospérèrent. Après la mort de Madoran et de Khardros, leurs fils commanditèrent conjointement la construction de deux gigantesques statues en l'honneur de leur père. Les deux statues garderaient le passage vers les contrées méridionales qui étaient devenues volcaniques dans le sillage de la présence infernale de Ragnaros. Elles servaient d'avertissement à tous ceux qui voudraient attaquer les royaumes nains, en rappelant que les Sombrefer avaient payé pour leurs crimes.
Les deux royaumes entretinrent des liens étroits pendant quelques années, mais les Marteaux-hardis, heurtés par les horreurs dont ils avaient été témoins à Grim Batol, choisirent de vivre à la surface sur les flancs de Nid-de-l'Aigle au lieu de creuser un vaste royaume à l'intérieur de la montagne. Les différences idéologiques entre les deux clans nains survivants finirent par leur faire prendre des chemins séparés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:35

Chapitre III : Le destin funeste de Draenor


L'avènement de la Horde

Les orcs devinrent de plus en plus agressifs sous le contrôle masqué de Gul'dan et de son Conseil des ombres. Ils construisirent des arènes gigantesques où les orcs affinaient leurs talents de guerriers dans des épreuves et des joutes mortelles. Pendant cette période, quelques chefs de clan parlèrent ouvertement de la dépravation de leur race. Un de ces chefs, Durotan du clan Loup-de-givre, avertit les siens de ne pas se complaire dans la haine et la colère. Ses paroles ne furent pas écoutées car des chefs plus influents comme Grom Hurlenfer du clan Chanteguerre s'étaient mis en avant pour se faire le champion de ce nouvel âge de guerre et de domination.
Kil'jaeden savait que les clans orcs étaient quasiment prêts, mais il devait être certain qu'ils lui resteraient fidèles jusqu'au bout. En secret, il avait fait invoquer par le Conseil des ombres le vaisseau vivant de la destruction et de la fureur, Mannoroth le Destructeur. Gul'dan convoqua les chefs de clan et réussit à les convaincre de boire le sang enragé de Mannoroth pour les rendre totalement invincibles. Menés par Grom Hurlenfer, tous les chefs de clan excepté Durotan burent et par là même scellèrent leur destin d'esclaves de la Légion ardente. Aguerris par la fureur de Mannoroth, les chefs de clan communiquèrent involontairement leur assujettissement à leurs frères qui ne se doutaient de rien.
Dévorés par la malédiction de cette nouvelle soif de sang, les orcs cherchèrent à déchaîner leur furie sur quiconque se mettrait en travers de leur chemin. Sentant que le moment était venu, Gul'dan unifia les clans autrefois ennemis en une seule et invincible Horde. Toutefois, sachant que des chefs comme Hurlenfer ou Orgrim Marteau-du-destin (du nom de son marteau magique) rivaliseraient pour sa suprématie, Gul'dan mit en place un chef fantoche à la tête de cette nouvelle faction. Main-noire le Destructeur, un seigneur de guerre particulièrement dépravé et vicieux, fut choisi en tant que marionnette de Gul'dan. Sous les ordres de Main-noire, la Horde partit se mettre à l'épreuve contre les innocents draeneï.
En quelques mois, la Horde éradiqua presque tous les draeneï habitants sur Draenor. Seuls une poignée de survivants éparpillés réussit à échapper au formidable courroux des orcs. Enflammé par la victoire, Gul'dan se délecta dans la force et la puissance de la Horde. Pourtant, il savait que sans ennemis à combattre, la Horde se consumerait elle-même dans d'interminables luttes intestines dans son appétit insatiable pour la gloire et le massacre.
Kil'jaeden apprit que la Horde était finalement prête. Les orcs étaient devenus la botte secrète de la Légion ardente. Le démon, dans sa fourberie, partagea ses secrets avec son maître, et Sargeras admit que l'heure de sa revanche avait sonné.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:35

Chapitre IV : l'Alliance et la Horde

La Porte des ténèbres et la chute d'Azeroth
Warcraft : Orcs & Humans
(orcs & humains)


Alors que Kil'jaeden préparait la Horde à envahir Azeroth, Medivh continuait son combat contre Sargeras pour le contrôle de son âme. Le roi Llane, le noble monarque de Hurlevent, s'inquiétait de plus en plus des ténèbres qui semblaient souiller l'esprit de son ancien ami. Il confia ses inquiétudes à Anduin Lothar, le dernier descendant de la lignée des Arathis, qu'il nomma son bras droit militaire. Pourtant, aucun d'eux n'aurait pu imaginer que la lente descente dans la folie de Medivh déclencherait les horreurs qui devaient survenir.
Comme dernier encouragement, Sargeras promit à Gul'dan de lui accorder de grands pouvoirs s'il acceptait de mener la Horde en Azeroth. À travers Medivh, Sargeras raconta au démoniste qu'il pouvait devenir un dieu vivant s'il réussissait à découvrir l'emplacement de la tombe sous-marine où la Gardienne Aegwynn avait enfermé le corps meurtri de Sargeras mille ans auparavant. Gul'dan accepta et décida qu'une fois les citoyens d'Azeroth vaincus, il trouverait la tombe légendaire puis réclamerait sa récompense. Certain que la Horde servirait ses desseins, Sargeras ordonna de débuter l'invasion.
Dans un effort conjoint, Medivh et les démonistes du Conseil des ombres ouvrirent un portail dimensionnel connu sous le nom de Porte des ténèbres. Cette Porte faisait le pont entre Azeroth et Draenor et était assez large pour que des armées puissent l'emprunter. Gul'dan commença par y envoyer des éclaireurs orcs pour étudier les terres qu'ils allaient devoir conquérir. Ceux qui revinrent assurèrent le Conseil des ombres que le monde d'Azeroth était mûr pour la cueillette.
Toujours convaincu que la corruption de Gul'dan détruirait son peuple, Durotan parla de nouveau ouvertement contre les démonistes. Le courageux guerrier clama que les démonistes étaient en train de détruire la pureté de l'esprit des orcs et que cette invasion précipitée leur serait fatale. Gul'dan, dans l'impossibilité de tuer un héros si populaire, fut forcé d'envoyer Durotan et ses Loups-de-givre en exil aux confins de ce nouveau monde. Après le passage des Loups-de-givre à travers la Porte, seuls quelques clans orcs les suivirent. Ces orcs montèrent rapidement une base d'opérations dans le Marais noir, une région marécageuse sombre et humide à l'extrême ouest du royaume de Hurlevent. Pendant que les orcs étendaient leurs activités et exploraient ces nouvelles terres, ils se trouvèrent en conflit immédiat avec les défenseurs humains de Hurlevent. Bien que ces escarmouches se terminassent généralement assez vite, elles illustraient bien les forces et les faiblesses des deux espèces rivales. Llane et Lothar ne furent jamais en mesure de rassembler assez de renseignements fiables sur le nombre de guerriers orcs et ne pouvaient qu'imaginer la force à laquelle ils devraient se confronter. Plusieurs années après, la majorité de la Horde des orcs était passée par la Porte jusqu'en Azeroth et Gul'dan considéra que le moment était venu de lancer la première vraie attaque contre l'humanité. La Horde lança toute sa puissance contre le royaume insouciant de Hurlevent.
Pendant que les forces d'Azeroth et de la Horde s'affrontaient dans tout le royaume, des conflits internes commencèrent à peser sur les épaules des deux armées. Le roi Llane, qui pensait que ces orcs bestiaux étaient incapables de conquérir Azeroth, tint obstinément ses positions dans la capitale du royaume de Hurlevent. Pourtant, le roi Lothar était persuadé que la bataille devait être menée de front contre l'ennemi. Il fut forcé de choisir entre ses convictions et sa loyauté envers son roi. Choisissant de suivre son instinct, Lothar prit d'assaut la tour fortifiée de Medhiv, nommée Karazhan, avec l'aide du jeune apprenti du magicien, Khadgar. Khadgar et Lothar réussirent à vaincre le Gardien possédé, qui était effectivement la source du conflit. En détruisant le corps de Medivh, Lothar et le jeune apprenti bannirent sans le savoir l'esprit de Sargeras dans les abysses. En conséquence, l'esprit pur et vertueux de Medivh eu également la permission de continuer à vivre… et à errer dans le plan astral pour les années à venir.
Malgré la défaite de Medivh, la Horde continua à dominer les défenseurs de Hurlevent. Alors que la victoire de la Horde ne faisait plus de doute, Orgrim Marteau-du-destin, l'une des grands chefs de clan orc, commença à percevoir la corruption perverse qui s'était étendue dans tous les clans depuis l'épisode de Draenor. Son vieux camarade, Durotan, sortit de son exil et l'avertit de nouveau de la traîtrise de Gul'dan. En représailles, les assassins de Gul'dan massacrèrent Durotan et sa famille, ne laissant en vie que son seul enfant mâle. Marteau-du-destin ignorait que le fils de Durotan fut découvert par un officier humain, Aedelas Landenoire, et réduit en esclavage.
Ce petit d'orc se révélerait un jour devenir le plus grand chef que son peuple ait connu.
Révolté par la mort de Durotan, Orgrim décida de libérer la Horde de son emprise démoniaque et assuma le rôle de chef de guerre de la Horde après avoir tué Main-noire, la marionnette corrompue de Gul'dan. Sous son commandement résolu, la Horde implacable finit par assiéger le Donjon de Hurlevent. Le roi Llane avait gravement sous-estimé la puissance de la Horde et il avait été le témoin impuissant de la chute de son royaume et de la prise de contrôle par ces envahisseurs à la peau verte. Finalement, le roi Llane fut assassiné par l'une des plus fines tueuses du Conseil des ombres : Garona la demi-orque.
Lothar et ses guerriers, prenant le chemin du retour de Karazhan, espéraient juguler les pertes et sauver le pays de leur enfance, autrefois glorieux. Au lieu de cela, ils arrivèrent trop tard et aperçurent les ruines fumantes de leur royaume bien-aimé. La Horde des orcs continua de ravager le pays et réclama les terres environnantes. Obligés de se cacher, Lothar et ses compagnons firent le serment sinistre de reconquérir leurs terres à tout prix.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:36

La naissance du roi-liche

Ner'zhul et ses partisans pénétrèrent dans le Néant distordu, ce plan éthéré qui connecte tous les mondes éparpillés à travers la Ténèbre de l'Au-delà. Malheureusement pour eux, Kil'jaeden et ses sbires démoniaques les attendaient. Kil'jaeden, qui avait juré de se venger de Ner'zhul pour son orgueilleuse désobéissance, prit un malin plaisir à réduire en lambeaux le corps du vieux chaman, morceau par morceau. Kil'jaeden maintint l'esprit du vieux chaman en vie, laissant ainsi Ner'zhul terriblement conscient des mutilations répugnantes que son corps avait subis. Ner'zhul supplia le démon de relâcher son esprit et de lui accorder la mort, mais le démon rétorqua que le Pacte de sang qu'ils avaient conclu il y a très longtemps était toujours en vigueur et qu'il avait encore une mission pour Ner'zhul.
L'échec des orcs dans l'invasion du monde pour le compte de la Légion ardente contraignait les démons à former une nouvelle armée pour semer le chaos dans tous les royaumes d'Azeroth. Cette dernière ne pourrait se permettre d'être la proie des mêmes petites rivalités et querelles intestines qui avaient empoisonné la Horde. Cette mission se devait d'être menée par un seul chef impitoyable. Cette fois-ci, Kil'jaeden ne pouvait se permettre d'échouer.
Maintenant l'esprit de Ner'zhul dans un état de stase incapacitante, Kil'jaeden lui donna une dernière chance de servir la Légion ardente ou de souffrir de supplices éternels. Encore une fois, Ner'zhul accepta imprudemment le pacte du démon. L'esprit de Ner'zhul fut placé à l'intérieur d'un bloc de glace solide comme un diamant spécialement conçu à cet effet, glace qui avait été récoltée aux confins du Néant distordu. Enfermé dans cette châsse de glace, Ner'zhul sentit la taille de sa conscience s'étendre des dizaines de milliers de fois. Perverti par les pouvoirs chaotiques du démon, Ner'zhul devint un être spectral aux pouvoirs insoupçonnés. C'est à ce moment-là que l'orc connu sous le nom de Ner'zhul disparut pour toujours et que naquit le roi-liche.
Les loyaux chevaliers de la mort de Ner'zhul et ses partisans Ombrelune furent également transformés par les énergies chaotiques du démon. Les entrailles des lanceurs de sorts corrompus furent éparpillées et assemblées à nouveau pour former des liches squelettiques. Les démons s'étaient assuré que, même après la mort, les partisans de Ner'zhul le serviraient aveuglément.
Lorsque l'heure fut venue, Kil'jaeden expliqua la mission pour laquelle il avait donné naissance au roi-liche. Ner'zhul allait propager une peste mortelle et la terreur à travers Azeroth avec le but de mettre fin à la civilisation humaine. Tous ceux qui mourraient à cause de cette peste redoutable allaient devenir des morts-vivants et leur esprit serait lié à la volonté de fer de Ner'zhul pour l'éternité. Kil'jaeden promit que si Ner'zhul parvenait à accomplir sa sinistre mission, débarrasser le monde des humains, il serait libéré de sa malédiction et qu'on lui accorderait un nouveau corps en bonne santé à habiter.
Bien que Ner'zhul consentit volontiers malgré son apparente anxiété à jouer son rôle, Kil'jaeden demeurait sceptique quant à la loyauté de son pion. Laisser le roi-liche sans corps et piégé dans la châsse de cristal assurerait son obéissance à court terme mais le démon savait qu'il faudrait qu'il garde un œil vigilant sur lui. Pour cela, Kil'jaeden invoqua ses gardes-démons d'élite, les vampiriques Seigneurs de l'effroi pour surveiller Ner'zhul et s'assurer qu'il accomplissait bien son effroyable tâche. Tichondrius, le plus puissant et le plus rusé des Seigneurs de l'effroi, s'enthousiasma peu à peu pour ce défi. Il était fasciné par la virulence de cette peste et par le potentiel illimité du roi-liche pour le génocide.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:37

L'Alliance vole en éclats

Ignorant qu'un culte maléfique s'était formé sur leurs terres, les dirigeants des nations de l'Alliance commencèrent à se disputer au sujet de possessions territoriales et d'influence politique. Le roi Terenas de Lordaeron commençait à suspecter que le fragile pacte qu'ils avaient conclu pendant les heures les plus noires de l'Alliance ne durerait plus très longtemps. Terenas avait convaincu les chefs de l'Alliance de prêter de l'argent et des ouvriers afin d'aider à la reconstruction du royaume méridional de Hurlevent, détruit pendant l'occupation orque en Azeroth. Les impôts élevés qui en résultèrent, sans compter les dépenses faramineuses pour entretenir et faire fonctionner les nombreux camps d'internement orcs, menèrent beaucoup de dirigeants, dont Genn Greymane de Gilnéas en particulier, à croire que leurs royaumes auraient plutôt intérêt à faire sécession avec l'Alliance.
Pour envenimer les choses, les hauts-elfes de Lune-d'argent rejetèrent brusquement leur allégeance envers l'Alliance, prétextant que la piteuse direction des humains avait mené à l'incendie de leur forêt pendant la Seconde guerre. Terenas refoula son impatience et rappela calmement aux elfes que Quel'Thalas n'aurait pas survécu si une centaine de courageux humains n'avaient donné leur vie pour la défendre. Néanmoins, les elfes décidèrent obstinément de prendre leur indépendance. Dans le sillage des elfes, Gilnéas et Stromgarde firent également sécession.
Bien que l'Alliance fût en train de sombrer, le roi Terenas gardait des alliés sur qui il pouvait compter. L'amiral Portvaillant de Kul Tiras ainsi que le jeune roi, Varian Wrynn d'Azeroth, restaient dévoués à l'Alliance. En outre, les sorciers du Kirin Tor, menés par l'archimage Antonidas, engagèrent le soutien inébranlable de Dalaran envers l'autorité de Terenas. Le plus rassurant de tous était l'engagement du puissant roi nain, Magni Barbe-de-bronze, qui avait fait le serment que les nains de Forgefer avaient une dette d'honneur infinie envers l'Alliance pour avoir libéré Khaz Modan de la domination de la Horde.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:37

Chapitre V : Le retour de la Légion ardente

Le retour d'Archimonde et la fuite vers Kalimdor

Une fois Kel'Thuzad de nouveau en lice, Arthas mena le Fléau vers Dalaran, au sud. Là-bas, la liche obtiendrait le puissant grimoire de Medivh et s'en servirait pour invoquer Archimonde et le faire revenir dans ce monde. À partir de là, Archimonde lui-même débuterait l'invasion finale de la Légion. Même les sorciers du Kirin Tor ne purent arrêter les forces d'Arthas et les empêcher de s'emparer du grimoire de Medivh. Bientôt, Kel'Thuzad disposa de tout ce qui était nécessaire pour ses sorts. Dix mille ans après sa première venue, le puissant démon Archimonde et ses hôtes surgirent une nouvelle fois dans le monde d'Azeroth. Pourtant, Dalaran n'était pas leur destination finale. Sous les ordres de Kil'jaeden, Archimonde et ses démons suivirent le Fléau des morts-vivants jusqu'en Kalimdor, partis pour détruire Nordrassil, l'Arbre monde.
Au beau milieu de ce chaos, un mystérieux prophète solitaire apparut pour guider les races mortelles. Il s'avéra qu'il n'était pas moins que Medivh, le dernier Gardien, revenu miraculeusement de l'Au-delà pour racheter ses péchés. Medivh raconta à la Horde et à l'Alliance que les dangers qu'ils affrontaient les forceraient à s'unifier. Medivh fut contraint de traiter avec chaque race séparément, se servant de prophéties et de ruses pour les guider par-delà l'océan vers le continent légendaire de Kalimdor. Les orcs et les humains devaient bientôt rencontrer la civilisation des Kaldorei, restée longtemps recluse. Les orcs, menés par Thrall, souffrirent d'une série de contretemps pendant leur voyage dans les Tarides de Kalimdor. Bien qu'ils se soient liés d'amitié avec Cairne Sabot-de-sang et ses puissants guerriers taurens, de nombreux orcs commencèrent à succomber à la soif de sang démoniaque qui les avait tourmentés pendant des années. Grom Hurlenfer, le plus valeureux des lieutenants de Thrall, trahit même la Horde en s'adonnant à ses plus bas instincts. Alors que Hurlenfer et ses loyaux guerriers traversaient fièrement la forêt d'Orneval, ils se frottèrent aux anciennes Sentinelles elfes de la nuit. Persuadé que les orcs étaient revenus envahir leur territoire, le demi-dieu Cénarius se dressa pour repousser Hurlenfer et ses orcs. Pourtant, ces derniers, succombant à une haine et une rage surnaturelle, parvinrent à tuer Cénarius et à corrompre les anciennes contrées forestières. Finalement, Hurlenfer racheta son honneur en aidant Thrall à vaincre Mannoroth, le seigneur démon qui avait souillé par la haine et la rage les orcs de sa lignée. Une fois Mannoroth mort, la malédiction qui touchait le sang des orcs prit fin.
Pendant que Medivh se consacrait à trouver les mots pour convaincre les orcs et les humains du besoin de s'unir, les elfes de la nuit combattaient la Légion secrètement, à leur manière. Tyrande Murmevent, la haute prêtresse immortelle des Sentinelles elfes de la nuit, luttait désespérément pour empêcher les démons et les morts-vivants d'envahir les forêts d'Orneval. Tyrande prit conscience qu'elle avait besoin d'aide ; elle décida de réveiller les druides elfes de la nuit de leur torpeur millénaire. Invoquant le nom de son éternel amour, Malfurion Hurlorage, Tyrande réussit à galvaniser ses défenses et à repousser la Légion. Avec l'aide de Malfurion, la nature elle-même se souleva pour vaincre la Légion et ses alliés du Fléau.
En recherchant davantage de druides en hibernation, Malfurion redécouvrit la prison souterraine dans laquelle il avait enchaîné son frère Illidan. Convaincu qu'Illidan les aiderait contre la Légion, Tyrande le libéra. Même si Illidan les aida effectivement pour un temps, il finit par prendre la fuite pour suivre ses propres intérêts.
Les elfes de la nuit rassemblèrent leurs forces et luttèrent contre la Légion ardente avec détermination. La Légion n'avait jamais cessé de désirer le Puits d'éternité, la source des énergies de l'Arbre monde et le cœur même du royaume des elfes de la nuit. Si l'attaque qu'ils avaient élaborée était un succès, les démons pourraient littéralement déchirer le monde.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:38

L'ascension du Traître

Warcraft IIIx: The Frozen Throne
(Le Trône de glace)


Pendant que la Légion envahissait Orneval, Illidan fut relâché de la prison souterraine où il avait passé dix mille ans en captivité. Même si, au début, il chercha à apaiser ses congénères, il revêtit bientôt sa véritable forme et consuma les énergies d'un puissant artefact démoniste connu sous le nom de Crâne de Gul'dan. En l'utilisant, Illidan prit forme de démon et accrut fortement ses pouvoirs. Il put aussi disposer de certains souvenirs de Gul'dan, tout spécialement celle de l'emplacement de la tombe de Sargeras, le donjon insulaire où était cachée la dépouille de Sargeras, le Titan noir.
Irisé de pouvoirs et de nouveau libre d'errer dans le monde, Illidan se mit à rechercher sa place sur le grand échiquier du monde. Alors, Kil'jaeden rencontra Illidan et lui fit une offre qu'il ne voulut refuser. Kil'jaeden était irrité par la défaite d'Archimonde au mont Hyjal, mais il avait d'autres priorités que la vengeance. Pressentant que sa création, le roi-liche, devenait trop puissante pour rester sous son contrôle, Kil'jaeden ordonna à Illidan de détruire Ner'zhul et de mettre fin au Fléau des morts-vivants une bonne fois pour toutes. En échange, Illidan allait recevoir des pouvoirs incommensurables et une véritable place parmi les seigneurs de la Légion ardente qui avaient survécu.
Illidan accepta et se mit immédiatement en route pour détruire le Trône de glace, la châsse de glace en cristal dans lequel résidait l'esprit du roi-liche. Illidan savait qu'il aurait besoin d'un artefact puissant pour détruire le Trône. Se servant de ce qu'il avait appris des souvenirs de Gul'dan, Illidan décida de partir à la recherche de la tombe de Sargeras et de récupérer la dépouille du Titan noir. Rappelant certaines vieilles dettes des bien-nés à son égard, il entraîna les perfides nagas hors de leur sombre repaire sous-marin. Menés par l'habile sorcière nommée dame Vashj, les nagas aidèrent Illidan à atteindre les Îles brisées, où la tombe de Sargeras était prétendument située.
Alors qu'Illidan se mettait en route avec les nagas, la Sentinelle Maiev Chantelombre commença à suivre sa trace. Maiev avait été la geôlière d'Illidan pendant dix mille ans et l'idée de le capturer à nouveau la hantait. Pourtant, Illidan déjoua les ruses de Maiev et de ses guetteurs puis réussit à se procurer l'Œil de Sargeras. Avec cet Œil puissant en sa possession, Illidan voyagea vers Dalaran, l'ancienne cité des mages. Renforcé par le pouvoir de la cité, Illidan se servit de l'Œil pour lancer un sort destructeur contre la citadelle de la Couronne de glace du roi-liche dans la distante Norfendre. L'attaque d'Illidan fit voler en éclats les défenses du roi-liche et rompit ce toit du monde. Au dernier moment, le sort destructeur d'Illidan fut arrêté lorsque son frère Malfurion et la prêtresse Tyrande arrivèrent pour aider Maiev.
Sachant que Kil'jaeden n'apprécierait pas son échec dans la destruction du Trône de glace, Illidan se réfugia dans la dimension déserte du nom d'Outreterre, là où flottaient les derniers vestiges de Draenor, l'ancienne patrie des orcs. De là-bas, il projetait d'échapper à la colère de Kil'jaeden et de penser à ce qu'il ferait ensuite. Après avoir réussi à arrêter Illidan, Malfurion et Tyrande retournèrent chez eux dans la forêt d'Orneval pour prendre soin de leur peuple. Maiev, quant à elle, avait du mal à renoncer et suivit Illidan jusqu'en Outreterre, déterminée à le faire passer devant la justice.


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:38

Chapitre VI : le nouvel âge


Bientôt...


Dernière édition par le Mar 29 Mai - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 21:43

Poutoux,

Je n'ai copié que les passages que j'ai appréciés, mais ayant lu toute l'histoire, d'un monde passionnant, dans lequel je me balade Smile

Si vous voulez lire l'histoire complète :

http://www.wow-europe.com/fr/info/story/index.html#history

Voilou

Paprinoob
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ntirith / Belarion
Floodeur abusé
Floodeur abusé


Nombre de messages : 1511
Age : 24
Localisation : Suisse, Canton de vaud
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mar 29 Mai - 22:13

affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid

quand je saurais plus quoi faire je viendrais les lires ces textes...

non mais ce pavé...

Sinon c quand meme gentil de poster cette histoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.youtube.com/watch?v=Qte_UKrE4mE
jujuneufcinq
King of the flood
King of the flood


Nombre de messages : 4365
Age : 35
Localisation : 95
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mer 30 Mai - 10:30

Sinon je vous conseil aussi de lire les 6 livres qui ont été écrit sur Warcraft ils sont vraiment très bien écris et pour des personnes comme moi qui n'étaient pas forcément des pationnés avant de découvrir wow on apprend plein de choses

_________________
Jujuneufcinq - Démoniste 70 Spé Destruction
Healmistress - Prêtre 70 Spé Ombre
Estarion - Palouf 70 Spé Heal
Leodas - Mage 70 Spé Glace

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jujuneufcinq
King of the flood
King of the flood


Nombre de messages : 4365
Age : 35
Localisation : 95
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mer 30 Mai - 10:31

par contre papri, vu qu'on est entrain de voir à transférer le forum sur notre nouveau site, je pense qu'il serait bon que tu mette directement ce genre de post dans le nouveau, ca évitera de tout devoir recopier coller quand on basculera définitivement Wink

_________________
Jujuneufcinq - Démoniste 70 Spé Destruction
Healmistress - Prêtre 70 Spé Ombre
Estarion - Palouf 70 Spé Heal
Leodas - Mage 70 Spé Glace

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mer 30 Mai - 16:18

Ok chef Smile

Je te fais ça rapidement,

Serai-t'il possible de ne pas avoir un nombre de lettres/mots limité pour l'autre forum ou cela est impossible ?

Paprinoob
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jujuneufcinq
King of the flood
King of the flood


Nombre de messages : 4365
Age : 35
Localisation : 95
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mer 30 Mai - 16:22

oui normalement c'est possible, je regarde ca tout a l'heure

_________________
Jujuneufcinq - Démoniste 70 Spé Destruction
Healmistress - Prêtre 70 Spé Ombre
Estarion - Palouf 70 Spé Heal
Leodas - Mage 70 Spé Glace

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paprica / Vanille
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 368
Date d'inscription : 05/03/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Mer 30 Mai - 16:29

Merci Juju Smile

C'est pour ne pas avoir à poster des posts et des posts pour le même sujet, c'est vrai que cela n'arrive pas souvent, mais quelques fois Smile

Poutoux

WOW : hors-ligne pour vous aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
firewife
Floodeur modéré
Floodeur modéré


Nombre de messages : 479
Age : 38
Localisation : finistère
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Jeu 31 Mai - 12:15

J'aurais besoin de quelqu'un pour venir chez moi me lire l'histoire pour m'endormir parce que là ... au bout de 2 lignes j'ai vu le curseur sur le côté et j'me suis dis : "OMG" on fera çà plus tard... Wink

En tout cas merci pour toutes ces infos.

_________________
Firewife - Cham Heal - CDO coté H2 :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jujuneufcinq
King of the flood
King of the flood


Nombre de messages : 4365
Age : 35
Localisation : 95
Date d'inscription : 11/07/2006

MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Jeu 31 Mai - 12:20

lis les 6 bouquins qui sont sortis Fire Wink ils sont petit, très bien écrit et t'apprendront plein de choses Wink

_________________
Jujuneufcinq - Démoniste 70 Spé Destruction
Healmistress - Prêtre 70 Spé Ombre
Estarion - Palouf 70 Spé Heal
Leodas - Mage 70 Spé Glace

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de Warcraft   Aujourd'hui à 13:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de Warcraft
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire du monde de Warcraft : WotLK
» Warcraft IV
» Classification des romans Warcraft
» Une histoire de wow officielle
» La fausse histoire d'un vrai menteur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ancien Forum de la guilde French Kiss sur le serveur Throk'Feroth  :: Général :: Boite à idées-
Sauter vers: